La pédagogie comme un coin dans la boite en calcium

Pédagogie est un mot que l’on rencontre aussi souvent au bord de nos oreilles qu’une feuille de platane sur la terrasse de Michel face à l’Ouvèze un après midi de mistral du milieu de l’automne.

Il a détrôné « philosophie » boosté un temps par un ancien mari d’une ancienne première dame de France, mais qui est désormais sur la pente descendante des mots usés par les langues trop rappeuses des politiques et des pubeux (voire des hommes de sciences à la recherche de quelques fenêtres ouvertes dans leurs appartements vides où règne la ligne et l’angle droits)

Mais si Pédagogie a dépassé le cercle fermé des pédagogues pour être admise dans celui de divers autres « gogues » elle a du se dépouiller un peu et laisser une partie de sa vêture au vestiaire.

A présent, réduite à sa plus simple expression, c’est à dire quasiment nue, on lui a assigné le rôle autrefois dévolu au bourreau, à celui qui faisait avouer des Jeanne d’Arc ou des Neruda.

C’est elle qui, sans violence, convaincra le peuple.

De quoi ? … Eh bien de tout !
De ce dont il n’est pas convaincu, de la cuillère de sirop pour le tout qu’il doit avaler malgré son appréhension illégitime, dominant son instinct animal et assimilant par petites bouchées prédigérées le raisonnement qui justifie la poursuite du traitement.

Un coin, qu’on enfonce délicatement dans la boite en calcium du petit d’homme et de ses parents, pour faire de la place à ce qui doit impérativement entrer à l’intérieur pour le bien du patient.

Joseph Jacotot disait le maître brutal moins dangereux que le maître explicateur parce qu’il ne contraint que le corps alors que le second pénètre de force à l’intérieur d’un esprit pour y substituer sa penser à celle de son hôte.

On peut y voir là la raison du rendement décroissant de l’école.

Plus elle dispose des moyens « pédagogiques » de faire entrer « ses objectifs d’apprentissage » dans la tête des enfants (et des autres) et plus les bénéfices secondaires (qui étaient peut-être plus essentiel que ceux visés) disparaissent et plus les acquis sont « durs « , c’est à dire semblables à des gestes techniques appris pour eux-mêmes.

Une école qui bâtit des échafaudages en bétons
oubliant qu’ils ne devaient servir qu’à construire la maison.

Publicités

4 réflexions sur “La pédagogie comme un coin dans la boite en calcium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s