Et …4

Et le sabre
à couper des têtes
à faucher jusqu’à la descendance de l’ennemi,
en fleurs
à la lame claire … obéissante ?
aussi fulgurante que la pensée
à la franchise simple
lumineuse comme le fil de la lune mourante

Et le sabre au cœur de toutes les aventures
qu’il faut sans cesse plonger et replonger dans les chairs du vivant
pour le protéger de la rouille
qui n’existe vraiment que dans le mouvement
quand il menace quand il fouille

Et le sabre dont tu n’es que la monture
le servant, le bois, la figure
qui te tient bien plus que tu ne le crois
et ferme ta pensée au point que tu ne voies
rien d’autre sur le monde
que formes en batailles courbes à tracer
âmes vives cadavres à dépecer.

[ce sabre
écho de celui qui fait rage en ton esprit]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s