banquet

L’ami monde
vaste et chaud comme fourrure d’un ours
jetée sur la couche
son chant te prend à la fois
l’oreille et le cœur
te rapporte de grands morceaux du paysage
et c’est banquet
d’écouter, humer, boire
tout ce qui de cette gerbe
en fleur, en averse de neige ou de sable fin
vient te traverser le corps
de bord en bord
être là
à attendre que cela vienne
parce que tout est possible
si tu te tiens au creux des mains
de l’ami monde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s