Lenturies – VII –

(Lélio Lacaille, suite à une chute qui lui fit douter de son équilibre – qu’il perdit sur un trottoir (excessivement ?) horizontal et sans aspérités – , fit une retraite de quelques secondes dans un fossé tapissé d’herbes d’hiver
Le temps dilaté qu’il y trouva, propice à l’écoute des deux silences*, lui inspira des quatrains réunis par la suite sous le nom de Lenturies.
Celui-ci est le septième)


 VII

Il fera bien plus gris au-dedans qu’au dehors
pour qui humant la vie la brulera encore
celui là s’emplira des cendres de ses feux
replié en son œil sera caché l’aveu

___
* …
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s