Lenturies – IX –

(Lélio Lacaille, après la perte de son chien dans des circonstances troubles, la nuit dans ses oliviers de Calabre, s’enferma quelques jours en ses murs
Le temps transpirant d’une tristesse granuleuse propice à l’écoute des deux silences*, lui inspira des quatrains réunis par la suite sous le nom de Lenturies.
Celui-ci est le neuvième.)


 VII

Hautes grappes d’insectes accaparant le jour
lâcheront avant l’heure la formule du soir
le coq sera muet et l’âne sera sourd
aux murailles tombées au nouvel abattoir

___
* « …. » & « ….. »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s