Lenturies – XI –

(Lélio Lacaille, son coeur parti à la poursuite d’une aimée en fuite – non sans raison – voulant se préserver d’un tête à tête avec sa déraison, se réfugia dans un figuier. L’arbre se situait en la dernière chartreuse édifiée par San Bruno*. En la branche où il se trouvait, l’éloignement modéré du sol et le feuillage dense si particulier au figuier aida Lélio à s’entouré des deux silences** Ces conditions propices lui inspirèrent des quatrains réunis par la suite sous le nom de Lenturies.
Celui-ci est le onzième. ***)


 VII

Un accro au tissu fragile du présent
laissa pénétrer ceux qui depuis si longtemps
attendaient dans la nuit l’instant de se lancer
et de couvrir l’Ici de sang et de baisers

 

11-vrai

___
 Allemand, Français, Italien … en ce temps où tout non serf de la péninsule ouest-asiatique était européen
** « ….. » & « ….. »
*** Tout autre récit qui prétendrait cela serait un faux à détruire sur le champ.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s