Lenturies – XII –

(Lélio Lacaille, égaré entre deux pages des demeures philosophales, profita de la présence des pierres et des portes qu’elles offres vers les deux silences* pour laisser couler les mots de quelques quatrains, réunis par la suite sous le nom de Lenturies.
Celui-ci est le douzième. **)


XII

Quand les esprits en sommeil   croiront voir le jour
en place de leur sommeil   au lieu de l’amour
se sera glissée  la tête du vieux serpent
les yeux jaunes   gluants de folie   de son serment

12-vrai-

___
* « ….. » & « ….. »
** Tout autre récit, y compris de ma main, qui prétendrait cela serait un faux à détruire sur le champ.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s