Cette merveilleuse capacité d’abstraction … (?)

Cette extraordinaire capacité d'abstraction - flou

Myopie prononcée – excellente lisibilité des contours


Sur cette planète, tu verras des êtres tout à fait étranges qui ont la faculté, je devrais dire la propension, qu’ont les chambres noires, de renverser la perception de la réalité.

Ainsi, chez eux la qualité suprême dans le domaine de l’intelligence est ce que nous nommons myopie, appliquée à l’esprit.

Je vais tenter de t’expliquer cette curieuse perversion de la pensée.

Toi qui a besoin de lunettes pour voir avec netteté la réalité qui t’environne retire les un instant.
Parfait ! A présent, regarde autour de toi. Les détails de tout ce que tu voyais aidé par les verres correcteurs te sont à présent inaccessibles, tu ne vois qu’en gros, le contour des objets et comme je te sais particulièrement myope, assurément tu ne dois pas discerner grand-chose.

Et bien apprends que dans cet état de faiblesse perceptive, tu es tout au contraire prodigieusement intelligent !
Cela t’étonne, n’est-ce pas ! Et bien c’est pourtant ainsi que tu serais considéré chez ces êtres à l’esprit retourné.

Ce défaut de perception du détail, cet aveuglement vis-à-vis de la texture est pour eux le don suprême ! Ils le nomment « capacité d’abstraction ».

Tu ne vois plus que le vague contour des choses, et bien pour eux ce contour est leur essence, le reste n’étant qu’un grain inutile qui ne sert en rien la compréhension du réel.

Ainsi, spontanément, dégagent-ils de ce réel – je devrais dire réduisent-ils le réel à – des formes tout à fait frustes, mais qui ont à leur yeux des qualités éminentes, à savoir que : leur encombrement mental est très faible, qu’elles s’assemblent de façon uniquement additive – contrairement à tout ce qui est du domaine du vivant – et surtout que, pour y accéder, il « suffit » de diminuer la qualité de sa perceptionpour ceux chez lesquels celle-ci est naturellement faible ce n’est même pas nécessaire

Tu ne t’étonneras pas dans ces conditions que la sélection naturelle chez ces êtres, réduise de génération en génération le nombre de ceux qui ne sont pas affectés.de cette myopie intellectuelle. Car bien évidemment, leur système éducatif – ces êtres sont très soucieux d’éduquer de façon rigoureuse (industrielle) leurs enfants – conditionne dès le plus jeune âge leur progéniture afin qu’elle perde le sens de la nuance et acquiert cette  « capacité d’abstraction ».

Inutile bien sûr de me demander ce qu’il advient de ceux chez lesquels la résistance à ce type d’apprentissage ne peut être surmontée grâce aux techniques de plus en plus performantes élaborées à travers les siècles et assisté d’outils construits sur ce modèle de la réduction et qu’ils nomment numérisation. Ceux-là, sont les condamnés de leur civilisation. (Les vainqueurs en fait, ne le sont pas moins)

Tu es sur le point de me demander pourquoi nous continuons à observer ce monde, dont tu te doutes qu’il ne peut en aucun cas accéder à une compréhension fine de la vie, prisonnier de tautologies dans lesquelles ils s’est lui-même enfermé.

Eh bien figures-toi que nous avons observé que, contrairement à ce qui aurait dû se produire du fait de leur système de sélection/exclusion basé sur la capacité d’abstraction, le nombre d’enfants qui résistent à cette « réduction perceptive obligatoire » est en constante augmentation. Ces flux débordent de partout. (Et ont été étiquetés de façon diverses notamment sous des vocables débutant par le préfixe dys) La vie, imprévisible et non additive, résiste et dans la quasi-totalité des pays de ce monde, les systèmes éducatifs ont d’année en année, un rendement décroissant – ce qui laisse tout à fait perplexe les « experts en abstraction » responsables d’investissement massifs dans ces systèmes.

C’est ce phénomène de résistance, caractéristique de la vie même, analogue à cette pulsion incompréhensible du point de vue mécanique qui contrarie la réduction de toute diversité, c’est cette émergence de l’Autre, du contraire qui nous intéresse au plus haut point et qui pourrait bien nous aider à comprendre ce qu’est réellement l’intelligence des êtres vivants doués … de notre type de pensée.


Cette extraordinaire capacité d'abstraction - net

Myopie légère – apparition de lieux intermédiaires et de texture


Version audio

Pour voir une illustration de cette inversion des causes et des conséquences on peut lire cet extrait d’un livre publié sur cette planète dans laquelle on fait l’hypothèse suivant laquelle l’intelligence serait un facteur favorisant la myopie.
Il était tout à fait impossible à quelqu’un que le système de sélection a favorisé d’imaginer que ce soit le contraire. La myopie qui sélectionnerait un type d’intelligence !


Pourquoi les mathématiques sont-elles (et de plus en plus dans le monde entier) l’outil de sélection ? On comprendra qu’une matière dont tout le matériel de base est déjà totalement numérisé et qui de plus évacue progressivement la seule partie où la continuité existait, à savoir la géométrie, est particulièrement prisée pour mesurer la capacité à se détacher du fond (inexistant dans les mathématiques enseignées) pour ne plus voir que la forme.


Stella Baruk semblerait en remettre une couche  (le 22/06/2016)

Elle n’attendait que cela

Non, ce n’est pas la muse qui inspire
provocant ainsi l’acte de création
Enfant qui danse-[par exemple poétique]
tout au contraire
c’est le poème, le chant …
qui
se faisant
en nous, avec nous, de nous
dilate un espace
(comprimé d’ordinaire en nos lieux intimes)
espace en lequel
la muse
qui n’attendait que cela
s’installe, danse, joue la belle
croque à pleine dents
se réjouit comme une enfant
et par la même
amplifie notre joie.

L’enfant volé

L'enfant volé-étroit-

A l’autre bout des rondes debout s’allume aride un soleil carnassier aux crocs vermeils renvoie vers eux ces pensées / l’enfant volé je non jamais je ne vous le rendrais / tétait-il votre sein ou bien celui bétallique d’une nourrice artificielle / mien il est mien du regard de la main qu’il me tient pour chaque passage chaque péril ou cadeau du paysage mien autant que je moi le sien et nous allons en et hors l’espace dans le péril et dans la grâce / vous paravents cachés si près si loin que de vous ne sait rien ne touche rien ne goutte de vous ni l’eau ni le feu ni le pain ni même de l’amour un grain / le jus qui coule entre ses dents est d’ailleurs d’un ciel conquis de rivières à la source devinée avant de s’y baigner / avons gravi des cimes et comblé en nous des fossés ensembles / nos sommeils ont donné des terres aux animaux traqués aux arbres marqués / partez du corps déjà vous l’êtes tant de l’âme / vous ne pourrez plus l’approcher qu’en partant.

sans titre de noblesse

Belle qui dort
Brune qui dort dans mes bras
muet le cliquetis des chaines
si légères si violentes sous la peine
ne sait qui est reine qui est passante
ne reste que l’amante
tes empreintes de pas effacent les chemins
multitude d’en bas flammes aux enfers divins
brune mon amour ma pitance
quand le gris dira le silence
me restera tes cendres et leur parfum.

Bandit gentil

bandit gentil-

Bandit gentil
d’où tiens tu cette aisance
ton contour
jusqu’à celui de ta malice
et celle des lieux
qui s’ajustent si bien

Bandit gentil
donne moi du regard
un peu de ce qu’il y a là bas
un peu du son de ce grand tambour
grave et joyeux
un peu de l’odeur de la terre où il bat

Bandit gentil
ce cordon invisible
depuis ton autre nombril
au milieu de ton front
profites-en bien

 

bandit gentil-