Le confort en capsule – de Régis Debray

[article traversé de part en part de mauvaise foi, c’est à dire la terrestre]

Désiré Lacaille (frère de Lélio)  a lu le début d’un des derniers livres du fondateur de la médiologie … ces premières (et dernières ?) impressions.

Madame H - Régis Debray---


M’sieur Régis, faut qu’j’te dise
j’taime bien
tes mots aussi
c’est souvent fin,malin, c’est parfois d’ l’humour qui fait plus que m’frôler
mais
– pass’qu’ya un mais ! – 
ton Madame H. (pouristoire*)
m’a tombé des mains quand
(après les r’grets du temps passé)
t’a causé des bons côtés du progrès
en commençant par (N°1 dans ton hit parade ?)
« la capsule Nespresso » ! (en français dans le texte)
.
T’es donc tombé si bas ?
(ton bouquin aussi. Vu qu’l’est présent’ment à la cave, dans la pile des y-a-pu d’place pour toi)
.
cent rend qu’une
et si tu passes par le Buis
j’t’offrirai d’bon coeur
un caffé con la macchinetta del signor Bialetti
(Celui qui a popularisé à travers le monde la cafetière italienne et qu’a rendu l’âme tout récemment. Peut-être écœuré de voir que chez lui aussi on vend à présent du tout prêt sous plastique ?)
.
oui, d’bon coeur ! il vero caffè con la schiuma naturale
mais
pour sur !
pas question d’faire l’acquisit’ d’ton prochain bouquin
surtout si l’est, lui aussi,
en capsule**.
____
[Note de Lélio Lacaille :
Dans les regrets (du progrès) de Régis Debray
on peut voir « des gens »
(j’ai pensé aux scènes de Christophe Sanchez , sa série
#LesGens‬ où l’on rencontre toujours un peu de cet « inconfort » que l’on nomme « la vie »)
Dans les bons côtés
ils ont disparus – sauf pour en évoquer la proximité INCONFORTABLE – il n’y a plus que des objets, des dispositifs
(j’ai pensé aux billets en €uros, sur lesquels on chercherait en vain un être vivant)]

*Un écho de l’avant dernière lecture de Désiré « La pourriture de l’homme » de Thyde Monnier (magnifique ode à la paix, de cette ami de Giono, aux lendemains de 39-45) introuvable. Google n’en donne même pas une référence.

** En fait, beaucoup d’écrits sont déjà « en capsule« , petites unités faciles à consommées, conditionnées pour le confort de l’esprit de … l’usager. De temps de lecture évalué à 3 minutes … le calibre d’une chanson, le temps d’attention qu’un enfant de 6 ans peut apporter à une activité.
Publicités

8 réflexions sur “Le confort en capsule – de Régis Debray

  1. Pingback: Ecrit depuis l’avenir… | Le vent qui souffle

  2. Pingback: Écrit depuis l’avenir_5 | Le vent qui souffle

  3. Pingback: VD Drôle d’Histoire/19 mars 2016 | Le vent qui souffle

  4. Pingback: Le piano de Louis | Le vent qui souffle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s