Déluge

elle fut
larme qui n’osait se dire
au visage
puis
averse d’été sur la peau
flaque à mouiller les chaussures d’enfants
mare promesse de voyages minuscules
étang où la mélancolie se donne aux nénuphars
lac où la barque glisse oubliant tout rivage

déluge-
je ne suis plus qu’île
entourée de ses bras.

Publicités

Une réflexion sur “Déluge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s