Vulgum Lupus (lecture Lélio Lacaille)

Lélio n’a pas voulu s’extraire de son exil pour lire ce texte,
il aurait lu tout autre texte sans un accent
mais je suis certain que pour celui-ci, sur la trace de Toto Bissainthe qui a aussi bien chanté Saint Germain des prés (et Ferré) que Papa Loko
pour Vulgum Lupus
il aurait retrouvé le parlé créole.

Je me suis permis, osant la maladresse, d’imaginer cette lecture
qui me semble être celle pour laquelle j’ai écrit ce poème.

Publicités