Terre

 

 

Un peu d’herbe
   A la jointure des dalles
Pousse, s’étrangle et meurt
  Et se donne
     Cadavre, poussière
   Pour un peu de terre

Et peu importe
         Que ce soit dans un ou mille ans
Lors d’un autre printemps
  Un peu de ces fleurs
      Qui rayonnent de la joie du vivant
 Sur un tapis de verdure
Liront la caresse du vent

 

Plume

Elle parlait
comme les oiseaux chantent
avec des mots qu’elle ne choisissait
que pour leurs sons
leurs couleurs
leurs formes
Elle parlait
comme les oiseaux chantent
pour la joie que procure
le vivre
le chanter