(sous page n°2 de :) Les lectures d’un confiné – 03 – PArtaGE

Deuxième demande, celle de Selenacht

l'effort pour rendre l'autre fou

Le motif évoqué ici par Harold Searles est celui que nous partageons tous, et qui est plus encore pressant, en ces temps, dit de guerre par certains, d’engagement citoyen, solidaire et sans violence, contre une menace sans conscience, pour d’autres parfois au péril de leur vie.

A ce propos je ferai un détour par une remarque d’importance que faisait Paul Watzlawick (théoricien de la communication et psychologue – « Ecole de Palo Alto ») à propos des situations de conflit :

« Vous êtes dans un petit hors-bord et un énorme bateau est sur le point de vous griller la priorité, vous regardez vers l’endroit où doit se trouver le pilote … Deux possibilités.

  1. Vous voyez ce pilote et il vous voit. Vous pouvez, si vous jugez en avoir le temps, tenter de faire valoir vos droits dans une négociation par geste menaçants ou non.
  2. Il n’y a personne dans la cabine de pilotage. Vous manœuvrez pour éviter la collision.

Nous sommes, pour l’engagement actuel concernant le coronavirus, dans la seconde situation. Il n’y a pas d’ennemi, personne ne conduit le bateau qui nous fonce dessus.

L’effort pour rendre l’autre fou – Harlod  Searles (p274-275)