Surgissement – Anna Jouy – Vases communicants de février

CETTE PAGE EST CELLE DES VASES - letcr1-exp

Les vases communicants de ce mois me sont un peu particuliers.
En effet, pour participer à cette belle entreprise initiée par François Bon il y a … , je devais échanger avec Eric Dubois, malheureusement, à quelques jours du partage des eaux un imprévu a rendu celui-ci impossible.

Anna Jouy a bien voulu attraper la main que je tendais dans ma chute et reprendre le thème du temps (qui s’est par la suite précisé en son surgissement) ainsi que la forme poème que Eric Dubois avait proposés pour cet échange.
L’occasion d’un vrai partage, avec, malgré le temps réduit disponible, des allers en lectures ponctuées de retours qui enrichissent, autant pour comprendre la forme, l’intention que les mots de l’autre.

Je ne saurais trop remercier Anna pour cela.

Son texte s’est donc déposé ici, chez Lélio Lacaille qui partage chair, cœur et âme avec aunryz.

Une partie est manuscrite.
notre œil paresseux s’étant parfois déshabitué à la lecture des signes tracés, un texte tout en lettres industrielles est également proposé en lien. 
(Le mien se trouve sur son site  des « mots sous l’aube » ici


Surgissement

Texte anna 01

Pendant ce temps, les mots s’accumulent. Un barrage est dressé; le doute, tu sais bien, ce genre de moellons qui empêchent le dire léger naturel. Je réfléchis;  c’est trop ou alors jamais assez. Je laisse. Je quitte la table. Je pars me distraire, même pas loin mais juste assez pour éviter d’être submergée. J’ai peur désormais des mots qui me viennent. Ils sont des étrangers, des dires autonomes. Ils m’appartiennent si peu que j’en ai mal et puis crainte.

Texte anna 02

L’émulsion, c’est la mousse de l’attente et du surgissement. Je mets ensemble des choses disparates. Du vin avec des os, de l’air et de la terre, des huiles trempées de flotte. Ces élémentaires. Je crois que ça donne quelque chose et parfois cela rend oui. Je joue au petit chimiste. Des corps mixés et soudain un seul mot et tout part en explosion. Mais ma chair contre mon esprit, nos frictions dures et douloureuses peuvent-elles faire un poème ? Et qui fout le feu ? Peut-être ce précipité, l’éclair des chrysalides.

Texte anna 03

Je mets la nuit au rayon du sunstore, chaque jour je secoue les termes dans le shaker de l’aurore. Je n’ai pas encore trouvé ni le poids ni la mesure, le juste prix des choses. Et  je rentre, mes lunettes d’expertise sur le front, j’y retourne. Le ciel ne fait toujours aucun calcul, il me dissout c’est tout.

Texte anna 04

Il y aurait soudain une manne en retour, des sels à mettre sur nos fissures. Partout le temps se la joue alchimiste. Il verse, il brasse, il mélange.

Texte anna 05

Et quelque chose surgit on croit que la pluie.  Mais mieux c’est de la vie.

Texte anna 06


« Surgissement » au format pdf


 

Pour déposer un commentaire à propos de ce texte d’Anna Jouy,
utiliser la page mobile qui se trouve ici 

 

Publicités