L’imbécile ?

bâtonDans un creux de sa révolte
il avait caché
un gros bâton noueux en bois de buis
sève figée dans l’attente de l’aube noire

Depuis
ses nuits étaient plus douces
son réveil moins brutal

Il ne posait plus son regard sur sa compagne
à son insu
de ces regards chargés d’une crainte blanche
Il parvenait à nouveau à accepter
le flou de l’horizon
l’hésitation des papillons
la présence invisible du vent
et même
les lueurs lointaines du bourg
qui déforment la nuit.

Publicités