La chute

Tu voulais un abîme ?
Le voici.

devant l'abîme

Comment ? Tu t’indignes !
Quelles en sont tes raisons
N’est-il pas à ta dimension ?

Une chute, cela se mérite
pour tomber de haut
encore faut-il s’être élevé un peu du sol.
Et toi, tu n’as fait qu’y ramper.

Cette flaque même
est à ton image
tout s’y mêle
un peu de la clarté du ciel
si peu
avec ce qui achève d’y périr
et se décompose
comme tu n’as cessé de le faire toi-même
ta vie durant
ta vie, couleur vert jaune de la mousse

Tu voulais un abîme pour t’y jeter
celui-ci t’est dédié
hôte des marais.

devant l'abîme

Publicités

La combe

Une combe au corps de marnes sombres.

Si Lélio vivait dans le temps d’un ange, certainement il les verrait couler, vivre. Mais là elles ont l’air épuisées, à l’agonie, presque mortes.

Et s’il se disait alors quelque chose, à lui-même, à la manière dont on regarde son image dans un miroir, s’il réfléchissait à propos de ces chairs immobiles, il y aurait certainement des vitesses, des températures, des masses que son esprit mesurerait et lui renverrait, et qui recouvrirait ce qu’il voit de la combe.

Mais Lélio se garde bien de réfléchir ainsi. Du moins tant que l’esprit de la combe ne sera pas venu à sa rencontre, que son pas ne l’aura foulé, après même quelques chutes, occasion de se mêler à ces leurres de terre à cette peau que le soleil a durci, craquelée, aux quelques taches vertes qui s’y accrochent, malgré tout.

Alors, alors seulement il osera penser la combe. Et son corps de marnes sombres.